Un vote blanc et libre

En plaçant en-tête du 1er tour de l’élection présidentielle Emmanuel Macron, les Français ont voulu mettre un sérieux coup de pied dans la fourmilière des partis de gouvernement. C’est aussi ce que plus de 40% des électeurs ont voulu dire en votant pour des candidats aux extrémités de l’échiquier politique. Finie l’alternance entre les meilleurs ennemis du bipartisme.

Emmanuel Macron est en passe de réaliser le casse du siècle. En deux ans. A la fois animal politique au sang froid technocratique, gendre idéal et ministre transgressif, banquier d’affaires aux postures christiques, il a pulvérisé le PS. Il vient aussi d’évincer du 2nd tour de l’élection présidentielle la droite de gouvernement. Pour la première fois depuis le début de la Vème République. Un séisme.

Nous, les électeurs de la droite et du centre, devons désormais choisir entre Le Pen ou Macron.

Nous avons le choix entre le basculement vers une forme de radicalité, ce qu’une frange de l’électorat, portée par l’audace décomplexée de Nicolas Dupont-Aignan, envisage très sérieusement, et le ralliement impératif à la modernité proclamée en marche, très en vogue ces derniers jours.

Cette situation inédite laisse une partie du peuple de droite orpheline. J’en fais partie.

Elle ne se reconnait ni dans Le Pen ni dans Macron. Elle refuse ce match qui n’est pas le sien. Elle n’envisage évidemment pas le vote Le Pen comme une option. Elle ne croit pour autant ni à la nature messianique du Piccolo Principe ni aux vertus supposées d’un front républicain qui n’a cessé de faire grandir le FN.

L’échec du front républicain

Le front républicain, constamment convoqué au nom de la morale, a prouvé depuis 30 ans sa totale inefficacité à enrayer l’inexorable montée du vote Front national. Pire, il l’a alimentée. En victimisant un parti au programme irréaliste et aux dérapages verbaux pourtant nauséeux et inacceptables ; en barrant artificiellement l’accès du FN aux responsabilités locales contre la volonté des électeurs (comme aux dernières élections régionales) alors que ses rares expériences de gestion municipale ont été des échecs ; en poussant dans ses retranchements un électorat qui fut pour partie jadis le nôtre, celui du PS ou du PCF.

Tous ceux qui ont intérêt à notre affaiblissement ont bien raison de nous sommer à rallier le front républicain. Mitterrand avait théorisé ce redoutable piège pour la droite.

Force est de constater qu’il est toujours aujourd’hui politiquement incorrect de ne pas se ranger promptement derrière cette ligne Maginot.

En érigeant l’anathème moral en ligne politique, nous nous exonérons d’un diagnostic réaliste qui, si nous avions la lucidité de le faire, mettrait en lumière une certaine impuissance publique, un manque de résultats concrets, des engagements reniés, des pratiques démocratiques critiquables. Pour lutter contre le Front national, ennemi politique, il nous faut plus de réalisme, plus d’efficacité, plus d’exemplarité.

Le confortable et trop convenu appel à la morale ne changera rien, bien au contraire, à ce constat que nos compatriotes dressent secrètement dans l’isoloir. Au demeurant, nous avons les uns et les autres passé l’âge de recevoir des leçons de morale. Notamment de la part de certains dont les ambitions personnelles ont clairement guidé les positions de l’entre deux tours.

Non au blanc seing

Libre, cet électorat orphelin ne se sent pas contraint de verser dans un ralliement de pure circonstance à un homme combattu hier encore.

Il a un programme flou. Ménageant habilement les attentes des uns à droite et des autres à gauche, le berger Macron est aujourd’hui à la tête d’un troupeau bien hétérogène de chiens et de loups. Avec ou sans majorité parlementaire, sa ligne politique sera compliquée à tenir. En a-t-il seulement une ?

S’il a manifestement du charisme, quelle est en revanche sa crédibilité personnelle à diriger une puissance nucléaire, négocier avec le président chinois ou russe, combattre le terrorisme ou commander nos armées ? Inconnu il y a deux ans encore, un écran de fumée médiatique a accompagné son ascension politique. Mais quel homme d’Etat nous laissera apparaître le brouillard dissipé ? Impossible de répondre aujourd’hui.

Je ne souhaite faire aucun procès d’intention à Emmanuel Macron. Mais je ne lui ferai pas un chèque en blanc.

Voter Macron au 2nd tour de l’élection présidentielle, ce serait aussi mettre en danger nos candidats aux élections législatives. Pourquoi les Français voteraient-ils pour nos candidats LR/UDI en juin après que nous les ayons nous mêmes appelés à voter Macron en mai? Nous devons défendre notre programme et nos candidats au risque, sinon, de disparaître de l’échiquier nous aussi. Donnons-nous une chance d’imposer une cohabitation.

Pour l’ensemble de ces raisons, je voterai blanc au 2nd tour de l’élection présidentielle. Comme beaucoup de Français silencieux.

Mais, plus que le Messie du 7 mai, ce que j’attends aujourd’hui c’est –ENFIN- une rénovation profonde de ma famille politique, Les Républicains.

Comme Marine Le Pen, Emmanuel Macron s’est nourri de nos échecs.

Absente du 2nd tour, notre famille politique n’a d’autre choix que de se tourner vers l’avenir. Il n’est que temps de balayer devant notre propre porte. Il n’est que temps de réinterroger notre organisation, nos méthodes, notre manière de penser l’action politique.

C’est à cette recomposition là que je veux participer. Ardemment. Hardiment.

Partagez cet article !Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page