Archives pour la catégorie Conseil municipal

Etat de la délinquance 2017 : de bons résultats à Orléans

J’ai présenté hier en conseil municipal une communication, désormais rituelle, sur l’état de la délinquance en 2017. Un exercice formel qui a le mérite de rendre compte des actions des forces de police dans la lutte contre la délinquance. Je sais bien que les chiffres enregistrés ne reflètent pas toute la délinquance mais ils donnent, année après année, une tendance qui permet des comparaisons. Un thermomètre, en somme.

C’est désormais le Service de statistiques du ministère de l’intérieur qui donne la température en publiant chaque année les résultats. Incontestables.

Rapport SSMI Insécurité et délinquance en 2017 : premier bilan statistique

Que dire de la délinquance en 2017?

D’abord, que l’année s’est déroulée sur fond de vigilance attentats, ne l’oublions pas.

La menace terroriste persiste : au moins 8 attentats majeurs ont eu lieu sur notre sol, souvent dans des lieux symboliques, qui ont coûté la vie à des policiers nationaux et à des militaires de l’opération Sentinelle, sans oublier les nombreuses tentatives déjouées (Montpellier, Marseille, Lille,…).

A l’échelle locale, depuis trois ans, la Police municipale d’Orléans a intégré cette mission nouvelle qui la conduit à :

  • Prendre les mesures préventives qui s’imposent dans l’espace public et aux abords des sites sensibles comme les écoles ou les édifices cultuels ;
  • Accompagner tous les organisateurs de manifestations ;
  • Assurer systématiquement la sécurité des grands événements (Ex : Festival de Loire, Marché de Noël, vide-greniers…)

5 policiers municipaux à temps plein sur l’année, soit l’équivalent d’un poste de quartier complet, se consacrent désormais à cette mission essentielle.

Ensuite, l’année 2017 se distingue par des chiffres de la délinquance contrastés, pour ne pas dire mauvais au plan national :

    • +2% des homicides (hors attentats)
    • +7% agressions physiques sur les personnes
      • Dont +4% des coups et blessures volontaires : niveau jamais atteint depuis 10 ans avec 223 000 victimes et une accélération depuis 2013
    • +1% des vols sans violence aux personnes (vols à la tire)
    • +2% des cambriolages

Quelques indicateurs toutefois bien orientés :

  • -5% vols violents dans arme ;
  • -6% vols de véhicules ;
  • -5% vols d’accessoires véhicules.

 Dans ce contexte, les bons résultats d’Orléans marquent une vraie singularité.

La forte présence sur la mission vigilance attentats n’a pas altéré notre action de lutte contre la délinquance. Bien au contraire, à rebours de la tendance nationale et de manière plus marquée que le reste du Loiret, le volontarisme d’Orléans a permis une baisse quasi générale des indicateurs :

  • Délinquance du quotidien (vols, cambriolages, dégradations) : – 7,7% ;
  • Atteintes aux personnes : – 1,25% (contre +2,1% en France et +9,8 dans le Loiret)
  • Atteintes aux biens : -10,42% (contre -0,9% en France et -7,7% dans le Loiret)
    • dont les cambriolages -23% après deux années de forte hausse (-5,4% Loiret).
    • dont les dégradations/destructions -19,3% et véhicules brûlés -23,5%

En divisant par 4 depuis 2001 la délinquance du quotidien, Orléans connaît globalement moins de délits que la moyenne de ceux enregistrés dans les villes de 100 000 à 200 000 habitants.

Ces bons résultats sont le fruit d’une activité intense et d’une coopération resserrée entre les services de police :

  • +13% des interpellations par la Police municipale (707 personnes mises à disposition) ;
  • Priorité à la lutte contre le trafic de stupéfiants :
    • dont Police nationale : +0,30% pour les IRAS dont +25% pour les trafics et reventes de stupéfiants ;
    • dont Police municipale : +19% d’interventions (37), +73% d’interpellations (71) ; Fermeture et préemption d’établissements sensibles (Les Quatre Trèfles et L’Hypo Carmes).
  •  200 opérations « coup de poing » dans les quartiers dont 42 conjointes avec la Police nationale qui ont permis notamment de saisir plus de 4 kg de cannabis, 12 gr d’héroïne, de l’argent, des armes, des munitions et d’interpeller 76 personnes.
  • +19% des extractions judiciaires de vidéo-protection (266), soit une multiplication par 4 depuis 2011 ;
  • +13% des PV au titre des arrêtés municipaux, essentiellement anti-bivouac (1784);
  • Renforcement des actions contre les incivilités et le sentiment d’insécurité :
    • dont la lutte contre les rodéos : mise en place de la vidéo-verbalisation (11 PVe dressés et un délit constaté) ;
    • dont la lutte contre l’ivresse publique et manifeste : reconnaissance pleine et entière par la justice administrative de la facturation des frais de transport ; un modèle désormais précurseur au niveau national : -40% d’IPM depuis 2014;
  • Mise en œuvre d’un plan de prévention des cambriolages et des démarchages abusifs : Intensification des patrouilles et rondes OTV en progression de 8% en 2017 (390) ; Interpellations par la Police municipale en hausse, Renforcement du dispositif de vidéo-protection, notamment sous les arcades de la rue Royale ; Activation des voisins référents ; Large diffusion de l’information de la population : distribution de 5000 flyers OTV et démarchage sur les marchés par la Police municipale ; Sensibilisation des personnes âgées en lien avec le CCAS : insertion d’une information préventive dans le Calendrier des Aînés distribué à 10 000 exemplaires ; interventions des ilotiers dans les clubs-séniors.

Assurer la sécurité des Orléanais

Assurer la sécurité et la tranquillité des Orléanais : l’évolution à la baisse de la délinquance en 2014 et 2015

Au sein de l’équipe municipale, Serge GROUARD puis Olivier CARRE m’ont confié en mars 2014 la délégation de la sécurité et de la tranquillité publiques. C’est à la fois une marque de confiance et un défi permanent.

Sous-préfet, directeur de cabinet de préfet, j’avais déjà eu à gérer à l’échelle d’un département les questions de sécurité, d’ordre public et de renseignement. Ma délégation ne fut donc pas une découverte. Pour autant, le point de vue change : beaucoup plus de proximité avec les « usagers » et un commandement plus direct sur les « hommes ».

IMG_6202 HD

Depuis 2001, l’action énergique de la Ville d’Orléans en matière de sécurité a permis d’obtenir des résultats salués au plan national (-70% de délinquance de proximité). Chacun le reconnaît. Nous avons pris l’engagement durant la campagne de 2014 de ne rien lâcher sur la première de nos libertés. La fermeté, réclamée par les Orléanais, est un marqueur fort de notre équipe municipale.

Une baisse de 4% de la délinquance de proximité en 2014

En 2014, l’évolution de la délinquance de proximité (cambriolages, vols, dégradations) a été une nouvelle fois enregistrée à la baisse, de 4% à Orléans.

J’ai présenté lundi en conseil municipal les chiffres de 2015, année si singulière tant les attentats de janvier et de novembre ont saigné à blanc le pays.

Année hors norme également par la décision prise d’armer nos policiers de revolvers. Les 17 premiers patrouillent depuis quelques jours avec leur arme à la ceinture. D’autre suivront progressivement d’ici la fin de l’année.

2015 est, enfin, une année de rupture parce que l’Etat a cassé le « thermomètre » mesurant habituellement la délinquance. Moins d’informations transmises aux communes, un Etat qui joue avec « ses » chiffres, rupture des séries statistiques et donc des comparaisons jusqu’en janvier 2018… soit après avril 2017. Je n’ose croire qu’il y ait une intention maligne là-dessous…Et vous?

Une baisse de 6% en 2015

Malgré tout, malgré ces malices érigées en « rigueur intellectuelle » par Bernard Cazeneuve, la délinquance de tous les jours a encore baissé à Orléans en 2015 : -6% sur l’essentiel de la défunte « délinquance de proximité ». 681 personnes interpellées dont 58 pour usages de stupéfiants (+18% par rapport à 2014) et dont 183 ivresses publiques et manifestes (-11% par rapport à 2014), 1814 procès-verbaux dressés contre les regroupements, la consommation d’alcool sur la voie publique,… doublement des procédures nominatives pour rodéos (119), près d’une centaine d’actions contre les rodéos (84), opérations conjointes avec la police nationale contre les mariages exubérants, 340 demandes d’opérations Tranquillité vacances pour prévenir les cambriolages, doublement du nombre d’heures de vidéo extraites à des fins d’enquête judiciaire (1 956 heures).

Ces chiffres ne traduisent pas à eux seuls toute la réalité de ce que vivent les Orléanais, je le sais mieux que personne. Mais ils sont l’illustration d’une volonté collective forte. Ils donnent une indication générale. Pour ma part, même si elle est partielle, je préfère qu’elle soit observée à la baisse.

Des femmes et des hommes mobilisés pour notre sécurité

Ces résultats sont d’abord le fruit du travail et du haut niveau d’engagement des 107 policiers municipaux d’Orléans que je remercie pour leur action. Leur job n’est pas facile; ils le font bien.

IMG_3536

De jour comme de nuit, ils réalisent un travail formidable : 650 à 700 interpellations par an, soit plus de 10 000 depuis 2002! Et certains en sont encore à se poser des questions sur la légitimité, l’utilité ou le professionnalisme des policiers municipaux.

Comme à Saumur par exemple où le maire (DVG) a choisi de démanteler sa police municipale. Comme à Grenoble où le maire (EELV) a démonté et vendu ses caméras de voie publique. Comme notre opposition municipale qui craint encore un fantasmagorique contrôle social par la vidéoprotection et n’a toujours pas compris que proximité et intervention étaient les deux piliers d’une action locale de sécurité efficace.

Nous, nous voulons une police municipale qui soit présente sur tous les fronts, sans en négliger aucun. Sans angélisme. Sans laxisme. Les Orléanais ne s’en plaignent d’ailleurs pas : ils ont appelé 14 332 fois leur police municipale en 2015 (soit +4% par rapport à 2014). Ils me semblent plutôt fiers de leur police. Moi aussi.