Vidéoprotection : le débat continue!

J’ai participé le 28 mars dernier à un débat en direct sur RMC dans l’émission d’Eric Brunet sur l’utilité de la vidéoprotection face au sociologue Laurent Mucchielli.

Résultat de recherche d'images pour "radio brunet logo"

D’abord une question de langage : il s’agit bien de vidéo « protection » pour protéger les citoyens et certainement pas de vidéo « surveillance » pour traquer nos concitoyens! A travers ce choix des mots, Laurent Mucchielli prend déjà un parti très contestable.

Laurent Mucchielli dénonce ce qu’il pense être une dérive, ou plutôt un bluff : technologie à l’utilité marginale, budgétivore, mal adaptée, détournant des moyens publics humains et financiers , pratique démagogique des élus pour contenter les électeurs.

J’ai, vous vous en doutez bien, défendu des positions bien différentes ! Je vous invite à réécouter cette émission (mon intervention à 23′) : http://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/audio/rmc-2803-radio-brunet-je-suis-tres-favorable-au-developpement-de-la-videosurveillance-en-france-14h-15h-415644.html

1/ La vidéoprotection est un moyen technique qui doit s’insérer dans une politique globale de prévention de la délinquance et de sécurité. Elle fait partie des leviers d’action possibles. Aucune raison à mon sens de s’en priver pour renforcer la sécurité.

2/ Sa dimension opérationnelle pour les policiers est évidente : elle éclaire leurs interventions pour connaître le terrain avant, pendant et après (et éviter des guet-apens par exemple); elle permet des suivis d’actions en direct, dont nous faisons bénéficier la police nationale grâce à un déport de caméras. A cet égard, le maillage de la ville est fondamental. Elle sert aussi aujourd’hui à Orléans comme moyen nouveau de lutte contre les rodéos et les mariages exubérrants.

3/ Les effets de prévention/dissuasion sont connus, mais peuvent générer des déplacements de phénomènes délinquants.

4/ L’intérêt judiciaire est également patent : la Ville d’Orléans a répondu en 2017 à près de 270 réquisitions judiciaires, soit une multiplication par 4 depuis 2011. Je n’imagine pas une seule seconde les services enquêteurs perdre leur temps dans des recherches inutiles sur des vidéos. La liste des « affaires » ayant bénéficié du concours de la vidéoprotection, notamment dans la lutte contre les trafics de stupéfiants qui est le cancer de nos quartiers,  est longue.

5/ La vidéoprotection joue aussi, c’est vrai, sur le sentiment de sécurité. C’est une donnée immatérielle qu’il ne faut pas négliger. La demande sociale est forte. La présence d’une caméra de voie publique, de manière ponctuelle ou pérenne, constitue une réponse possible (mais non systématique) à une attente citoyenne.

Autant de raisons pour moi de continuer dans la voie tracée à Orléans d’une politique globale et résolue de sécurité. Sans état d’âme.

 

Etat de la délinquance 2017 : de bons résultats à Orléans

J’ai présenté hier en conseil municipal une communication, désormais rituelle, sur l’état de la délinquance en 2017. Un exercice formel qui a le mérite de rendre compte des actions des forces de police dans la lutte contre la délinquance. Je sais bien que les chiffres enregistrés ne reflètent pas toute la délinquance mais ils donnent, année après année, une tendance qui permet des comparaisons. Un thermomètre, en somme.

C’est désormais le Service de statistiques du ministère de l’intérieur qui donne la température en publiant chaque année les résultats. Incontestables.

Rapport SSMI Insécurité et délinquance en 2017 : premier bilan statistique

Que dire de la délinquance en 2017?

D’abord, que l’année s’est déroulée sur fond de vigilance attentats, ne l’oublions pas.

La menace terroriste persiste : au moins 8 attentats majeurs ont eu lieu sur notre sol, souvent dans des lieux symboliques, qui ont coûté la vie à des policiers nationaux et à des militaires de l’opération Sentinelle, sans oublier les nombreuses tentatives déjouées (Montpellier, Marseille, Lille,…).

A l’échelle locale, depuis trois ans, la Police municipale d’Orléans a intégré cette mission nouvelle qui la conduit à :

  • Prendre les mesures préventives qui s’imposent dans l’espace public et aux abords des sites sensibles comme les écoles ou les édifices cultuels ;
  • Accompagner tous les organisateurs de manifestations ;
  • Assurer systématiquement la sécurité des grands événements (Ex : Festival de Loire, Marché de Noël, vide-greniers…)

5 policiers municipaux à temps plein sur l’année, soit l’équivalent d’un poste de quartier complet, se consacrent désormais à cette mission essentielle.

Ensuite, l’année 2017 se distingue par des chiffres de la délinquance contrastés, pour ne pas dire mauvais au plan national :

    • +2% des homicides (hors attentats)
    • +7% agressions physiques sur les personnes
      • Dont +4% des coups et blessures volontaires : niveau jamais atteint depuis 10 ans avec 223 000 victimes et une accélération depuis 2013
    • +1% des vols sans violence aux personnes (vols à la tire)
    • +2% des cambriolages

Quelques indicateurs toutefois bien orientés :

  • -5% vols violents dans arme ;
  • -6% vols de véhicules ;
  • -5% vols d’accessoires véhicules.

 Dans ce contexte, les bons résultats d’Orléans marquent une vraie singularité.

La forte présence sur la mission vigilance attentats n’a pas altéré notre action de lutte contre la délinquance. Bien au contraire, à rebours de la tendance nationale et de manière plus marquée que le reste du Loiret, le volontarisme d’Orléans a permis une baisse quasi générale des indicateurs :

  • Délinquance du quotidien (vols, cambriolages, dégradations) : – 7,7% ;
  • Atteintes aux personnes : – 1,25% (contre +2,1% en France et +9,8 dans le Loiret)
  • Atteintes aux biens : -10,42% (contre -0,9% en France et -7,7% dans le Loiret)
    • dont les cambriolages -23% après deux années de forte hausse (-5,4% Loiret).
    • dont les dégradations/destructions -19,3% et véhicules brûlés -23,5%

En divisant par 4 depuis 2001 la délinquance du quotidien, Orléans connaît globalement moins de délits que la moyenne de ceux enregistrés dans les villes de 100 000 à 200 000 habitants.

Ces bons résultats sont le fruit d’une activité intense et d’une coopération resserrée entre les services de police :

  • +13% des interpellations par la Police municipale (707 personnes mises à disposition) ;
  • Priorité à la lutte contre le trafic de stupéfiants :
    • dont Police nationale : +0,30% pour les IRAS dont +25% pour les trafics et reventes de stupéfiants ;
    • dont Police municipale : +19% d’interventions (37), +73% d’interpellations (71) ; Fermeture et préemption d’établissements sensibles (Les Quatre Trèfles et L’Hypo Carmes).
  •  200 opérations « coup de poing » dans les quartiers dont 42 conjointes avec la Police nationale qui ont permis notamment de saisir plus de 4 kg de cannabis, 12 gr d’héroïne, de l’argent, des armes, des munitions et d’interpeller 76 personnes.
  • +19% des extractions judiciaires de vidéo-protection (266), soit une multiplication par 4 depuis 2011 ;
  • +13% des PV au titre des arrêtés municipaux, essentiellement anti-bivouac (1784);
  • Renforcement des actions contre les incivilités et le sentiment d’insécurité :
    • dont la lutte contre les rodéos : mise en place de la vidéo-verbalisation (11 PVe dressés et un délit constaté) ;
    • dont la lutte contre l’ivresse publique et manifeste : reconnaissance pleine et entière par la justice administrative de la facturation des frais de transport ; un modèle désormais précurseur au niveau national : -40% d’IPM depuis 2014;
  • Mise en œuvre d’un plan de prévention des cambriolages et des démarchages abusifs : Intensification des patrouilles et rondes OTV en progression de 8% en 2017 (390) ; Interpellations par la Police municipale en hausse, Renforcement du dispositif de vidéo-protection, notamment sous les arcades de la rue Royale ; Activation des voisins référents ; Large diffusion de l’information de la population : distribution de 5000 flyers OTV et démarchage sur les marchés par la Police municipale ; Sensibilisation des personnes âgées en lien avec le CCAS : insertion d’une information préventive dans le Calendrier des Aînés distribué à 10 000 exemplaires ; interventions des ilotiers dans les clubs-séniors.

Facturation des ivresses publiques et manifestes : l’exemple orléanais

https://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-3/soir-3/jt-grand-soir-3-jeudi-28-decembre-2017_2532439.html

Le Grand Soir 3 revient sur l’initiative orléanaise de facturer les frais de transport liés aux ivresses publiques et manifestes. Une première en France qui participe à la lutte contre les incivilités, à la tranquillité publique…et qui fait des émules.

Pour 100 jours, t’as plus rien!

Les premiers chiffres sont tombés : selon un sondage Elabe publié hier, 50% des Français estiment qu’il est trop tôt pour juger de l’action du Président Macron. 14% pensent d’ores et déjà qu’elle est satisfaisante, 36% la jugent décevante.

Sondage Elabe sur les 100 jours du Président Macron

On comprend bien l’embarras des Français auquel il est difficile d’échapper. Bien maigre bilan en vérité 3 mois après l’élection d’Emmanuel Macron.

Il fut un temps (que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître) où les 100 jours marquaient la France. Je ne parle pas du vol de l’Aigle qui se fracassa à Waterloo mais des premiers pas de nos monarques républicains. Fut donc un temps où l’on disait que ce qui n’était pas fait dans les 100 jours ne le serait jamais.

Un peu d’histoire Lire la suite

Un vote blanc et libre

En plaçant en-tête du 1er tour de l’élection présidentielle Emmanuel Macron, les Français ont voulu mettre un sérieux coup de pied dans la fourmilière des partis de gouvernement. C’est aussi ce que plus de 40% des électeurs ont voulu dire en votant pour des candidats aux extrémités de l’échiquier politique. Finie l’alternance entre les meilleurs ennemis du bipartisme.

Emmanuel Macron est en passe de réaliser le casse du siècle. En deux ans. A la fois animal politique au sang froid technocratique, gendre idéal et ministre transgressif, banquier d’affaires aux postures christiques, il a pulvérisé le PS. Il vient aussi d’évincer du 2nd tour de l’élection présidentielle la droite de gouvernement. Pour la première fois depuis le début de la Vème République. Un séisme.

Nous, les électeurs de la droite et du centre, devons désormais choisir entre Le Pen ou Macron.

Nous avons le choix entre le basculement vers une forme de radicalité, ce qu’une frange de l’électorat, portée par l’audace décomplexée de Nicolas Dupont-Aignan, envisage très sérieusement, et le ralliement impératif à la modernité proclamée en marche, très en vogue ces derniers jours.

Cette situation inédite laisse une partie du peuple de droite orpheline. J’en fais partie.

Elle ne se reconnait ni dans Le Pen ni dans Macron. Elle refuse ce match qui n’est pas le sien. Elle n’envisage évidemment pas le vote Le Pen comme une option. Elle ne croit pour autant ni à la nature messianique du Piccolo Principe ni aux vertus supposées d’un front républicain qui n’a cessé de faire grandir le FN.

L’échec du front républicain

Le front républicain, constamment convoqué au nom de la morale, a prouvé depuis 30 ans sa totale inefficacité à enrayer l’inexorable montée du vote Front national. Pire, il l’a alimentée. En victimisant un parti au programme irréaliste et aux dérapages verbaux pourtant nauséeux et inacceptables ; en barrant artificiellement l’accès du FN aux responsabilités locales contre la volonté des électeurs (comme aux dernières élections régionales) alors que ses rares expériences de gestion municipale ont été des échecs ; en poussant dans ses retranchements un électorat qui fut pour partie jadis le nôtre, celui du PS ou du PCF.

Tous ceux qui ont intérêt à notre affaiblissement ont bien raison de nous sommer à rallier le front républicain. Mitterrand avait théorisé ce redoutable piège pour la droite.

Force est de constater qu’il est toujours aujourd’hui politiquement incorrect de ne pas se ranger promptement derrière cette ligne Maginot.

En érigeant l’anathème moral en ligne politique, nous nous exonérons d’un diagnostic réaliste qui, si nous avions la lucidité de le faire, mettrait en lumière une certaine impuissance publique, un manque de résultats concrets, des engagements reniés, des pratiques démocratiques critiquables. Pour lutter contre le Front national, ennemi politique, il nous faut plus de réalisme, plus d’efficacité, plus d’exemplarité.

Le confortable et trop convenu appel à la morale ne changera rien, bien au contraire, à ce constat que nos compatriotes dressent secrètement dans l’isoloir. Au demeurant, nous avons les uns et les autres passé l’âge de recevoir des leçons de morale. Notamment de la part de certains dont les ambitions personnelles ont clairement guidé les positions de l’entre deux tours.

Non au blanc seing

Libre, cet électorat orphelin ne se sent pas contraint de verser dans un ralliement de pure circonstance à un homme combattu hier encore.

Il a un programme flou. Ménageant habilement les attentes des uns à droite et des autres à gauche, le berger Macron est aujourd’hui à la tête d’un troupeau bien hétérogène de chiens et de loups. Avec ou sans majorité parlementaire, sa ligne politique sera compliquée à tenir. En a-t-il seulement une ?

S’il a manifestement du charisme, quelle est en revanche sa crédibilité personnelle à diriger une puissance nucléaire, négocier avec le président chinois ou russe, combattre le terrorisme ou commander nos armées ? Inconnu il y a deux ans encore, un écran de fumée médiatique a accompagné son ascension politique. Mais quel homme d’Etat nous laissera apparaître le brouillard dissipé ? Impossible de répondre aujourd’hui.

Je ne souhaite faire aucun procès d’intention à Emmanuel Macron. Mais je ne lui ferai pas un chèque en blanc.

Voter Macron au 2nd tour de l’élection présidentielle, ce serait aussi mettre en danger nos candidats aux élections législatives. Pourquoi les Français voteraient-ils pour nos candidats LR/UDI en juin après que nous les ayons nous mêmes appelés à voter Macron en mai? Nous devons défendre notre programme et nos candidats au risque, sinon, de disparaître de l’échiquier nous aussi. Donnons-nous une chance d’imposer une cohabitation.

Pour l’ensemble de ces raisons, je voterai blanc au 2nd tour de l’élection présidentielle. Comme beaucoup de Français silencieux.

Mais, plus que le Messie du 7 mai, ce que j’attends aujourd’hui c’est –ENFIN- une rénovation profonde de ma famille politique, Les Républicains.

Comme Marine Le Pen, Emmanuel Macron s’est nourri de nos échecs.

Absente du 2nd tour, notre famille politique n’a d’autre choix que de se tourner vers l’avenir. Il n’est que temps de balayer devant notre propre porte. Il n’est que temps de réinterroger notre organisation, nos méthodes, notre manière de penser l’action politique.

C’est à cette recomposition là que je veux participer. Ardemment. Hardiment.